Médecine
0

Télémédecine : passons la vitesse supérieure sans plus attendre !

Auditionnée le 2 mai 2019 par la commission de l’Aménagement du Territoire et du Développement Durable du Sénat* sur les réponses apportées par la Télémédecine aux déserts médicaux dans le cadre de l’examen de la loi #MaSanté2022, Ghislaine Alajouanine, Présidente du Haut Conseil Français de la Télésanté et de l’Académie Francophone de Télémédecine et d’e-Santé appelle à une mobilisation immédiate et générale pour déployer sans plus attendre la télémédecine sur les territoires.

Notre France des déserts médicaux est en péril. Avec 8 millions de personnes touchées, 11 300 communes concernées et 192 zones en danger, nous ne sommes plus égaux dans l’accès aux soins. Il y a non-assistance à territoires en danger !

Il est insupportable que dans un pays qui est la 6e puissance mondiale, des millions de personnes ne puissent avoir une réponse en moins de 20 minutes à cette question angoissante « mais qu’est-ce que j’ai » et bénéficier d’une prise en charge médicale simple et rapide.

Pionnière de la télémédecine, je suis en colère et réitère une nouvelle fois mon cri d’alarme qui n’a jamais été autant d’actualité : la maison brûle …

Laisserions-nous un empoisonné mourir à petits feux quand on détient l’antipoison. Et la réponse n’est pas dans un énième rapport : on en dénombre déjà 38 !

La télémédecine marche et a déjà démontré toute son efficacité et tous ses potentiels. La télémédecine est même banalisée dans certains pays et permet, au-delà de la qualité de la prise en charge et du suivi médical, d’apporter des économies substantielles. Je l’ai expérimenté et mise en pratique depuis près de 20 ans avec bien d’autres pionniers de la première heure que nous retrouvons aujourd’hui comme membres Fondateurs de l’Académie Francophone de Télémédecine et e-santé.

Technologiquement, il n’y a plus de barrière

C’est un problème de volonté politique, de méthodes et de mise en œuvre et d’organisation.

La téléconsultation : un premier pas mais une mise en œuvre à adapter

Il aura fallu attendre 10 ans depuis la loi Hôpital Patients Santé et Territoires pour que la téléconsultation fasse son entrée dans le droit commun et soit remboursée. C’est un grand pas ! L’avenant 6 à la convention médicale pose les premières bases au bénéfice du parcours de soin coordonné mais sa mise en œuvre est aujourd’hui lourde et complexe. J’en veux pour prendre le bilan à 6 mois : 8000 téléconsultations dans le parcours de soin coordonné remboursées par l’Assurance Maladie. On est très loin du cap 500 000 téléconsultations prévues en 2019. De leur côté, les plateformes qui proposent de la téléconsultation ponctuelle via les mutuelles ou en sollicitation directe par le grand public totalisent plus de 100.000 téléconsultations.

Rendons-nous à l’évidence

Il faut rendre la téléconsultation plus simple et plus accessible en la généralisant en complémentarité avec le socle de la consultation présentielle indispensable au suivi des patients.

Et il est déterminant de tenir compte du contexte des déserts médicaux. Comment respecter le parcours de soin coordonné quand il n’y plus de médecin traitant ! Le recours aux cas d’exception est long et laborieux à mettre en œuvre pour les solutions de téléconsultation et les autres professionnels de santé qui veulent prendre le relai de l’offre médicale locale insuffisante comme les pharmaciens par exemple, véritables tiers de confiance de proximité.

Il faut alléger les procédures, assouplir les organisations en remettant le patient au centre de l’organisation territoriale de notre système de santé

C’est une des orientations claires et pertinentes de #MaSanté2022 et elle est indispensable pour simplifier et améliorer les parcours de santé encore trop empêtrés dans un système cloisonné et peu lisible pour le patient. C’est une urgence. Il faut le faire sans attendre.

Les élus ont également un rôle de premier rang à jouer. C’est un point que j’ai souligné lors de l’audition auprès des sénateurs. Qui mieux qu’eux, acteurs de l’attractivité de leur territoire, en responsabilité face aux « citoyens patients », peuvent agir en catalyseur auprès des professionnels de santé et des autorités sanitaires régionales pour trouver les solutions les plus adaptées aux besoins du terrain.

La question centrale du domicile

La question du « Homecare » n’est encore qu’insuffisamment traitée alors qu’elle constitue une réponse très adaptée à nos nouveaux enjeux de société. C’est un sujet que je connais particulièrement bien qui m’a amené à initier la démarche HS2 (Haute Sécurité Santé) qui répond à la troisième dimension du Développement Durable (Santé-Solidarité-Sécurité).

Le Télésoin reconnu par l’article 13 du projet de loi apporte une partie de la réponse attendue mais elle n’est pas complètement satisfaisante. Nous devons aller plus loin …avec la vision d’une médecine du Futur : Prédictive, Préventive, Participative, Personnalisée, Plurielle, de Proximité…

La télésurveillance doit et peut aujourd’hui prendre toute sa place dans les nouvelles organisations santé

N’attendons pas encore 4 ans pour la déployer. Elle réunit d’énormes potentiels dans des cas d’usage déjà « éprouvés » comme le retour à domicile après une hospitalisation, le suivi des malades chroniques et le maintien à domicile de nos séniors souvent polypathologiques.

Ces dernières années, les nombreuses expérimentations ont permis de bâtir un terrain de preuves scientifiques solides en France et à l’international démontrant toute sa valeur ajoutée médico-économique. Une étude réalisée en 2018 par IQVIA avec le soutien du LEEM démontrait que la prise en charge de trois pathologies (hypertension artérielle, cancer de la prostate et Diabète de type 2) permettrait de réaliser, déjà, pas moins de 356 millions d’euros par an.

De même, la télémédecine permet d’éviter la sur-sollicitation des urgences, de l’ordre de 30%. Faisons le calcul. Avec un coût moyen global d’un passage aux urgences de 227 euros** et 21 millions de passages aux urgences par an, c’est 800 millions d’euros d’économie qui pourraient être ainsi réalisées sans compter le coût des transports qui se chiffre à plusieurs milliards d’euros.

Ayons enfin l’audace de « cette révolution du soigner » au-dessus des clivages politiques, une révolution qui fait consensus, réconcilie le social et l’économique et qui nous concerne tous !

En urgence, notre devoir est de lancer un APPEL à une Mobilisation Générale (un Plan « Marshall ») pour une grande cause en décrétant que « n’importe quel citoyen, même dans les endroits les plus isolés, aura sa réponse, en moins de 20 minutes, à sa question angoissante « Mais qu’est-ce-que j’ai ? » avec une prise en charge digne de ce nom. » 

Avec le déploiement de la Télémédecine, en conjuguant notre excellence médicale, notre incomparable capacité d’innovation et une volonté politique forte, c’est une ambition de cause qui devient à portée de la France.  L’enjeu d’un accès équitable aux soins est alors atteignable. Il est temps de transformer l’action en réalisations pour le plus grand bien de tous.

Aujourd’hui et pour les générations futures de demain. Nous le pouvons et nous leur devons !

*Rapporteur : Sénateur Jean-François LONGEOT
** source CNAM, Senat.fr

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Prospectiviste (Economiste et Sociologue de l’Innovation, Experte en e-santé)-Présidente du Haut Conseil Français de Télésanté - Membre élu Correspondant de l'Institut de France-Académie des Sciences Morales et Politique. - Membre du Huitième Plan Français-Membre de l'Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR)- Déléguée du Comité des « Pionnières de l’Académie » Vice-présidente de la Société savante de la Silver Economie SFTAG -Première Vice-Présidente de Silver Valley (Cluster 350 entreprises) -Présidente de l’Académie Francophone de Télémédecine et eSanté. Auteur du Rapport paru aux PUF (Presses Universitaires de France) :-les Nouvelles Technologies au service de la Santé en Afrique-Lauréat du Prix Eurafrique, du Prix de l’Académie (Fondation Louis D)-Présidente de Télémédecine sans Frontière la FISSA- Past Présidente Directoire de la Fondation pour la Recherche Médicale-Présidente de HS2 Haute Sécurité Santé (3ème dimension Développement Durable)-Derniers ouvrages : Entre nous émoi !-En espoir de cause-Enthousiasmez Vous ! un vent Divin...Plaidoyer pour la Convivance...(Hermann Editeurs) Commandeur et ex-membre du Conseil de l’Ordre National du Mérite-Officier de la Légion d’Honneur-Officier de l’Ordre du LION (Sénégal)... Médaille de Vermeil de la Ville de Paris... (Administrateur SDL Journal « le Monde ») (Who’s Who 2001)

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Un avis ?
Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retourner en haut de page