Médecine
4

Changeons la médecine : du curatif à l’anticipation

Du curatif à l’anticipation. Aujourd’hui en France la médecine est principalement basée sur des soins curatifs qui sont prodigués après l’émergence de symptômes (anatomiques, physiologiques, psychologiques).

medecine_chinoise_1Dans certains pays asiatiques, en Chine notamment, la relation médecin/ est totalement inversée.

Tout est basé sur le maintien du patient en bonne santé et sur une vision globale du patient. Le patient paie  son médecin pour être maintenu en bonne santé et ne le paie pas lorsqu’il est malade.

Avec l’émergence de ce que l’on appelle aujourd’hui la santé connectée, peut-être sommes nous au début d’un changement important sur notre façon d’appréhender la médecine.

Moi le premier, j’appelle mon médecin soit une fois par an pour ma révision annuelle, quelques analyses, soit lorsque je ne vais pas bien. Mais parfois, ne pas aller bien c’est identifier ou reconnaitre un signal qui arrive tardivement et qu’il aurait été plus simple de traiter quelques jours, semaines ou même quelques mois plus tôt.

L’anticipation sur les symptômes ou la détection dès qu’ils apparaissent, c’est ce que la santé connectée va pouvoir nous permettre d’approcher si ce n’est d’atteindre à coup sûr.

Que les choses soient claires, il ne s’agit pas de se promener avec des électrodes branchées partout, les appareils connectables qui existent aujourd’hui, fussent-ils votre téléphone, un bracelet multi fonction ou un équipement dédié sont discrets et peuvent collecter pour vous tout un ensemble de paramètres à déterminer en collaboration avec votre médecin.

Une fois ceci mis en place, le médecin ne doit pas être noyé sous les chiffres et sous les résultats quotidiens de ses patients connectés !

Le but est de créer une collecte de données qui va permettre de visualiser « un » et d’identifier toute variation par rapport au profil de CE patient. Je dis bien de CE patient car ce qui est acceptable pour l’un, une limite physiologique sur un résultat donné, ne sera pas forcément normal pour un autre.

Ce que permet la santé connectée c’est d’identifier dès que possible une variation par rapport au « profil » habituel du patient.

Certaines variations seront « à suivre avec prudence », d’autres nécessiteront une réaction ou une consultation rapide pour vérifier la tendance et valider s’il y a urgence ou non.

En effet, il ne s’agit pas de réagir chaque jour aux résultats et de noyer son médecin préféré d’appels affolés ! Au contraire, les appels affolés que nous faisons lorsque nous allons mal aujourd’hui devraient diminuer car le (comme disent les sportifs) va nous permettre d’anticiper les crises et de nous rapprocher du modèle chinois.

Les équipements connectés nous donneront un profil et nous permettront d’alerter le médecin lorsqu’il y aura une variation significative. Certains diront qu’il y a là un risque de se retrouver «positif» à une alarme alors qu’il n’y a rien de grave et que cette tendance pourrait se corriger «naturellement» en quelques jours… mais…

Ne vaut-il pas mieux être un faux positif de temps en temps, que détecter trop tard un vrai négatif que l’on ne pourra plus soigner ?


La Medecine- La Crise- Coline Serreau par Jesaiidar

Source photo : ©fotomelia.com

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Actionnaire et membre du Comité de Direction SAs Connected Mag

Il y a 4 commentaires

  • […] du modèle de santé actuel vers celui de la santé connectée évoqué la semaine dernière (changeons la médecine : du curatif à l’anticipation) ne va pas se faire du jour au lendemain d’un coup de baguette […]

  • […] les variations dès qu’elle se produisent comme j’en avais déjà parlé dans l’article «Changeons la médecine, du curatif à l’anticipation», par contre, le phénomène nouveau, c’est l’étude des données de masse appel aussi « big […]

  • StephaneQ dit :

    Depuis que j’ai vu le film en 1992, je n’ai de cesse de penser que ce nouveau paradigme devrait se mettre en œuvre dans nos systèmes de santé européen. Mais c’est une vrai révolution copernicienne. Les inquisiteurs sont nombreux à défendre leurs intérêts financiers et leur corporatismes. L’empowerment de la santé par les patients est maintenant en cours. Sachons prendre le train avant que les GAFA (Google Amazon Facebook et Apple) ne viennent tout prendre et organiser … Moi, médecin, santé publique, je suis prêt à aider cette révolution. Et vous ?

  • Laisser un commentaire

    Un avis ?
    Laissez un commentaire !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Retourner en haut de page