Innovation
0

Université d’été de la esanté 2018, l’interview de Virginia Doan

Comme chaque année nous profitons de ce mois de juin pour partir à la rencontre des acteurs d’un des événements majeurs du calendrier esanté francophone, la désormais mondialement renommée Université d’été de la esanté. Cette année nous avons eu le plaisir d’échanger avec Virginia Doan, directrice du Technopole Castres-Mazamet. Voici donc ce qui vous attend cette année sur les 3 jours de l’événement, du 3 au 5 juillet.

Bonjour Virginia, merci de répondre à ces quelques questions dans le rush des dernières semaines avant l’événement. Pouvez-vous, si il reste quelques lecteurs qui ne connaissent pas encore l’Université, nous donner en quelques mots les objectifs et la raison d’être de cet événement devenu incontournable ?

Nous tenons cette année la 12ème édition de l’évènement qui est un moment de rencontres, de réflexions et d’échanges autour de toutes les dimensions et évolutions en e-santé. Le succès de la manifestation tient à sa transversalité thématique, aux différents formats proposés mais aussi et surtout à l’équilibre des forces en présence : acteurs économiques, professionnels de santé, patients, chercheurs, financeurs…

Cette année les débats sont placés sous le grand thème de l’intelligence. On entend beaucoup parler d’intelligence artificielle depuis quelques mois, mais ce n’est évidemment qu’une des composantes de cette intelligence collective multiple dont nous avons besoin en santé. Est-ce un pied de nez volontaire pour mettre en avant l’ensemble des acteurs et des types d’intelligence nécessaires à un parcours de soin moderne et efficace ?

Effectivement l’intelligence artificielle est un véritable enjeu et elle sera bien entendu traitée. Mais nous avons souhaité placer cette 12e édition de l’Université d’été de la e-santé sous le signe du décloisonnement et de la transversalité et c’est pour cette raison que nous parlons d’intelligence dans toutes ses formes, tous ses états : quelle soit organisationnelle, économique, territoriale, sociale, collective…. Bref, une intelligence appliquée à la santé. Nous avons pensé et organisé la manifestation autour de 7 fils rouges qui permettront de s’orienter tout au long des 3 jours de l’édition 2018 :

· La fabrique de l’intelligence : ou comment le numérique en santé entre dans la formation des professionnels de santé et comment la formation s’appuie sur le numérique.
· L’intelligence territoriale : lorsque la e-santé devient un outil de coordination de l’offre de soins et de politique publique.
· L’intelligence collective : à l’heure où les data, notamment en vie réelle, sont au cœur de l’ensemble des processus, les patients deviennent une ressource, si n’est la première ressource, au service du système de santé, de la recherche, et des traitements de demain…
· L’intelligence organisationnelle : lorsque le numérique devient outil de coordination et de soins au sein des établissements de santé et hors de leurs murs.
· L’intelligence de marché : ou comment penser le développement de la e-santé en France et par-delà nos frontières en s’appuyant sur les benchmarks internationaux et les collaborations en sein de la francophonie.
· L’intelligence technologique, car, si la technologie ne fait pas tout, elle modifie voire crée de nouveaux usages et de nouvelles pratiques… encore faut-il la maîtriser.
· L’intelligence interdisciplinaire : La e-santé animale et la e-santé appliquée au sport : les nouveaux laboratoires d’innovation en e-santé.

L’intelligence territoriale est toujours un sujet important à Castres, quelque soit le nom qui lui est donné. Pourquoi est-ce aussi important pour vous sur ce territoire ?

Le Territoire de Castres-Mazamet s’implique fortement depuis de nombreuses années dans le développement du numérique et de la santé. Qu’il s’agisse d’acteurs industriels locaux (Laboratoires Pierre Fabre, Consort NT, IMS Networks, de start-ups…) de la présence du Centre hospitalier orienté nouvelles technologies et ouvert à la collaboration public-privé au cœur du GHT d’Occitanie, de la spécificité de son Ecole d’ingénieurs en e-santé ISIS et de son living lab, d’un réseau métropolitain en fibre optique et bien entendu de la Technopole, qui a pour mission de favoriser, d’accompagner l’innovation et de promouvoir le territoire comme elle le fait en organisant l’Université d’été de la e-santé.

Castres-Mazamet présente les caractéristiques d’un véritable laboratoire à ciel ouvert, dans un bassin de vie à taille humaine et offre de grandes possibilités d’expérimentations qui permettront demain d’apporter de nouvelles réponses aux besoins de notre société dans le domaine de la santé et du vieillissement.

Depuis plusieurs éditions des startups sont accompagnées via les Trophées et différents programmes d’accompagnement, l’hôpital du futur prend forme avec l’école ISIS et les professionnels de santé du territoire, comment sentez vous l’évolution de tout cet écosystème aujourd’hui ?

Nous avons chaque année de plus en plus de dossiers aux trophées de la e-santé et cette compétition a un véritable rayonnement international. En ce qui concerne les projets sur le territoire de Castres-Mazamet, nous maintenons un dispositif d’accueil spécifique qui fédère l’ensemble de notre écosystème numérique et santé pour offrir aux Start- up du « sur mesure et de la proximité ». Castres-Mazamet confirme son choix d’être à la convergence santé et numérique et de poursuivre son effort pour accompagner le développement des entreprises.

L’Université d’été de la esanté a ajouté dans son programme une dimension de “e-santé animale”, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce programme particulier ?

En effet, depuis 3 ans l’Université d’été de la e-santé traite de la e-santé animale – sujet qui au niveau national était quasiment peu abordé mais qui constitue une véritable opportunité pour les entreprises qui proposent des technologies tout comme un enjeu pour améliorer la santé des animaux.

Ce sujet de la e-santé animale prend de l’ampleur chaque année et nous aurons donc une journée entièrement dédiée à l’apport du digital et des nouvelles technologies dans le monde animal, avec des thèmes comme : « E-santé animale, quel statut pour les données? La data au cœur de la transformation digitale des entreprises vétérinaires – La télémédecine bientôt dans la boite à outils vétérinaires ?… »

Mais ce qui est aussi très intéressant c’est que le public habituel de l’université rencontrera des start-ups du domaine, des vétérinaires, des institutionnels, des industriels et des éleveurs.

Si vous deviez résumer l’université 2018 en une phrase, que diriez-vous ?

L’édition 2018 confirme sa dimension internationale avec une programmation ambitieuse – le tout dans un esprit convivial et un cadre magnifique !

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Thomas accompagne les PME et les grands comptes dans leurs transformations, avec le numérique en appui. Producteur de la série Regards Connectés (chaîne Youtube et podcasts), il explore notre avenir technologique pour vulgariser des sujets complexes sur la transformation de notre système de santé. Data, intelligence artificielle, suivez le guide.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Un avis ?
Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retourner en haut de page