Data
2

Les interviews e-santé – Dr Vincent Attalin, Aviitam

Bonjour Vincent, merci de prendre le temps de répondre à mes questions. J’ai vu passer de l’information sur Aviitam depuis quelques mois et je suis ravi de pouvoir échanger avec vous sur le sujet. Entre exploitation de la data des objets connectés, formation du patient et sensibilisation des médecins, Aviitam semble armé pour diffuser les bonnes pratiques de la santé connectée dans le quotidien des médecins et des patients.

Rencontre avec le docteur Vincent Attalin, co-fondateur de la start-up et de son carnet de santé intelligent. 

interview-cometik Aviitam

  • Pour commencer pouvez-vous nous expliquer très simplement en quoi consiste votre carnet de santé intelligent? 

Vous complétez vos données de santé et de mode de vie sur la plateforme ou avec l’aide des objets connectés, et de façon confidentielle et sécurisée, votre Médecin pourra y accéder pour mieux vous soigner !! Aviitam est la plateforme qui veut changer la relation médecin-patient. Aviitam rend les patients acteurs de leur santé et forme les médecins à la médecine de demain. C’est la médecine augmentée.

  • La data est importante pour alimenter ce type de dossier médical temps réel, que récoltez-vous au quotidien ?

Les patients complètent au fil de l’eau leurs données standardisées de santé (antécédents, maladies, etc.), des questionnaires validés scientifiquement, le mode de vie (alimentation, sommeil, activités, etc.) complétées sur ordinateur, tablette, smartphone ou avec l’aide des objets connectés.

Nous avons directement interfacé des objets connectés via API ouvertes : IHealth, Withings notamment et FitBit (en cours) et applis (Moves / GoogleFit).

Le reste est encore secret mais nous travaillons déjà à étoffer cette prise en charge d’objets connectés de santé.

  • Comment garantissez-vous la sécurité et la confidentialité des données ?

Les données sont stockées sur les serveurs de la société IDS, agréée pour l’hébergement de données de santé (ASIP Santé). Nous travaillons étroitement avec la CNIL pour la gestion des droits (le patient décide à tout moment quel professionnel de santé peut avoir accès à ses données, aucune inscription n’est possible sans la connexion avec un professionnel de santé).

En résumé, la personne est entièrement décisionnaire.

  • Avant de penser patient vous avez d’abord travaillé à convaincre des médecins du bien fondé de votre concept et de votre innovation. On lit souvent que c’est une des grosses difficultés pour le développement de la santé connectée, qu’en pensez-vous avec un peu de recul ?

Nous travaillons depuis 2010 avec des médecins à travers des Focus groupes, entretiens qualitatifs et quantitatifs (en cours de publication). C’est effectivement une grosse difficulté, avec de gros freins à l’utilisation des nouvelles technologies, freins liés à des interrogations tout à fait légitimes : sécurisation des données, utilisation pratique, confidentialité. Le recul nous permet de connaître les difficultés d’exercice au quotidien, avec certaines données que nous avions, et d’autres que nous avons découvertes, même en étant nous même médecins…

Il faut bien comprendre que le métier de médecin est difficile actuellement….

  • Côté patient on est dans l’empowerement et la formation grâce à une plateforme 100% en ligne, quel est le niveau d’implication nécessaire pour que le traitement soit optimal ?

Nous utilisons Aviitam comme outil de motivation. Les personnes réellement motivées complètent leurs données sans souci, et nous optimisons au maximum nos consultations. Celles qui le sont un peu moins bénéficient tout de même d’informations santé, et nous attendons le bon moment pour aller plus loin.

  • Le carnet de santé intelligent généralisé à toute la population dans un DMP puissant et opérationnel, vous y croyez à moyen ou long terme ?

Je ne pense pas qu’un DMP seul puisse remplir toutes les conditions d’une prise en charge optimale. Je crois énormément à l’interaction entre solutions officielles  (DMP, etc.) et sociétés privées (incluant les start-up à coup sûr !)

  • Une récolte de data intelligente et sécurisée, des médecins partenaires impliqués et des patients qui deviennent experts, c’est un peu le but ultime quand on parle santé connectée, non ?

Effectivement, quand on imagine la Santé de demain en remettant la personne au centre des débats, cela donne envie d’imaginer la suite !

  • Quels sont les axes de développement d’Aviitam aujourd’hui (et demain) ?

Nous sortons actuellement nos E-learnings en France :

Nous travaillons également sur l’application mobile, et l’interface avec d’autres startups de la E-santé.

  • La FrenchTech orientée santé est très active depuis quelques années et gagne en visibilité chaque mois, que pensez-vous de tout ça ? La santé de demain se rapproche t-elle réellement à grands pas sur le terrain ?

Je trouve que toutes les actions de la Frenchtech sont formidables et ajoutent une dimension majeure au développement de tous les projets ou startups.

La Santé de demain est déjà là ! C’est à nous tous, acteurs de la e-santé, de la faire avancer en respectant les codes de déontologie, de sécurité, de confidentialité et nous l’approprier !

Pour en savoir plus sur Aviitam : le site – Twitter – Facebook – Linkedin

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Cometik accompagne les professionnels libéraux dans leur communication sur internet depuis 10 ans. Nous intervenons ici à la croisée de nos expertises, entre numérique et santé, pour une santé innovante et connectée.

Il y a 2 commentaires

  • […] Aviitam dans le domaine de la nutrition, vous intervenez aussi bien côté professionnel de santé que […]

  • […] avoir rencontré deux start-up dédiées au suivi patient et à son « empowerement« , direction Montpellier pour découvrir une jeune pousse dédiée […]

  • Laisser un commentaire

    Un avis ?
    Laissez un commentaire !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Retourner en haut de page