Senior
0

Téléconsultation, Téléexpertise, Télésurveillance, Téléassistance What else ?

La télémédecine et la téléconsultation font actuellement l’objet de très nombreuses publications. Le sujet est devenu un véritable serpent de mer et nous croyons ici qu’il est nécessaire de revenir aux définitions afin de clairement poser les problèmes et définir les solutions.

La télémédecine, devenue officielle avec le Décret n° 2010-1229 du 19 octobre 2010, est définie comme étant « les actes médicaux, réalisés à distance, au moyen d’un dispositif utilisant les technologies de l’information et de la communication ».

Ce décret divise la télémédecine en plusieurs pratiques : la téléconsultation, la téléexpertise, la télésurveillance médicale, la télé assistance médicale et enfin la régulation médicale. 

  • La téléconsultation est une consultation médicale réalisée à distance. Le patient décrit ses symptômes, envoie si nécessaire des radios ou des résultats de laboratoire. Le médecin dialogue avec celui-ci pour établir un diagnostic et ce, par le biais de l’une des technologies de communication. Le médecin peut ainsi prescrire des médicaments ou des soins en toute légalité après cette consultation. 
  • Le téléconseil est un simple service de conseil téléphonique, habituellement gratuit, duquel ne peut découler aucun diagnostic ou prescription de soin ou de médicament. 
  • La téléexpertise « a pour objet de permettre à un professionnel médical de solliciter à distance l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux en raison de leurs compétences particulières, sur la base des informations médicales liées à la prise en charge d’un patient ». Contrairement à la téléconsultation, le patient n’est pas forcément acteur dans le processus de téléexpertise. Le dialogue ne peut s’établir qu’entre médecins qui discutent d’un cas nécessitant un diagnostic particulier. 
  • La télésurveillance médicale est la surveillance d’un patient à distance grâce à l’enregistrement et à la transmission de données médicales. Le médecin reçoit un rapport transmis par la machine reliée au patient, afin de surveiller la maladie du patient et de pouvoir agir au regard des résultats.  La télésurveillance est particulièrement utile pour les maladies chroniques.
  • La téléassistance médicale est un processus d’entraide entre professionnels de santé lors d’un acte médical.

Nos regards se porteront ici exclusivement sur la télé consultation car elle est aujourd’hui l’objet de nombreuses propositions commerciales et il nous semble nécessaire de clarifier la situation.

Il y a tout d’abord les plateformes de type anglo-saxon Ondemand, qui proposent des services purement commerciaux mettant en rapport un patient avec un médecin, dans un délai variable. Le siège de ces plateformes est situé en France ou à l’étranger. La relation n’est pas toujours normée, il n’existe pas toujours de contrôle de la qualité des médecins, ceux-ci doivent avoir le titre de médecin, mais le diplôme peut avoir été acquis n’importe où en Europe. Les tarifs sont à la consultation ou au forfait individuel ou familial, ces consultations ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie.

Il y a ensuite des solutions de téléconsultations qui émanent de mutuelles et d’assurances souhaitant proposer à leurs affiliés un service 24/24, 7/7. Ici également les assureurs font appel à des plateformes de médecins anonymes, mais ils prennent en charge le coût induit par la mise en relation avec le médecin. Ce type de proposition de valeur fait désormais l’objet d’une compétition entre assureurs et mutuelles afin de proposer un service, aujourd’hui inclus et parfois illimité, mais qui une fois généralisé fera sans doute l’objet d’une tarification complémentaire.

A noter que le Conseil National de l’Ordre des médecins a déposé une plainte en novembre 2017 pour concurrence déloyale et asymétrie d’accès aux soins. La concurrence déloyale se faisant au détriment des médecins qui n’ont pas le droit de faire de la publicité. L’accès aux soins par téléconsultation est réservé aux adhérents des assureurs. Cet état de fait discrimine et exclut ceux qui ne peuvent se payer lesdites mutuelles.

Enfin certaines propositions tournent autour de cabines de téléconsultations installées en entreprises. Dans ce modèle également, les médecins requis ne sont pas les médecins traitants des patients mais des médecins de plateformes. Le prix des télécabines étant très élevé, celles-ci sont achetées ou louées par des entreprises souhaitant proposer à leurs salariés la possibilité de réaliser des « check-up ». Elles sont équipées de nombreux instruments de mesure mais si certains sont faciles à mettre en œuvre (tensiomètre) en l’absence d’une assistance, il n’en va pas de même pour d’autres (otoscope). Les téléconsultations n’étant pas réalisées dans le cadre du parcours de soins, elles ne sont pas prises en charge par la CPAM, mais le plus souvent par l’entreprise elle-même.

Enfin le dernier type de téléconsultation répond à un besoin aigu lié à la problématique des déserts médicaux, celui des EHPAD (Etablissements d’Hébergement des Personnes Agées Dépendantes). Les solutions proposées mettent en relation un résident-patient assisté d’une infirmière et le médecin traitant du patient ou un médecin spécialiste requis.

Ces solutions de téléconsultation sont remboursées par l’assurance maladie selon une nomenclature en vigueur depuis le 1er novembre 2017.

Les solutions font appel à des chariots dont l’utilisation est plus ou moins pratique. Il existe désormais également des mallettes proposées par certaines sociétés.

Plus légère et plus mobile, la dernière génération fait appel à des tablettes. Tel est le credo de la startup TokTokDoc.

Cette dernière propose un service 100% dédié aux EHPAD et réalise des consultations à distance entre un résident et son médecin traitant ou un médecin spécialiste, de façon sécurisée et remboursée par la CPAM. Une ordonnance, si nécessaire, et un compte rendu sont automatiquement transmis à l’EHPAD en fin de consultation. L’acte tarifé généré par le médecin est transmis en temps réel pour remboursement. Ce service répond au besoin médical dans ces institutions

Les EHPAD éprouvent en effet souvent des difficultés à faire se déplacer un médecin traitant, ou pire encore un médecin spécialiste

La startup est également prête à répondre aux demandes de l’HAD (Hospitalisation A Domicile) dès que les négociations, actuellement en cours, permettront la codification d’un acte infirmier prenant en compte le temps passé au chevet du patient à son domicile. Pour TokTokDoc, la garantie d’une bonne pratique de la téléconsultation réside dans la présence d’un effecteur, infirmier ou para médical (pharmacien). Au contact du patient, l’effecteur assiste le patient pour la prise de mesures ou dans la transmission de documents médicaux au médecin. La présence d’un effecteur, infirmière, aide-soignante, garantie la qualité de l’échange pour le patient et le médecin. Il constitue aussi un facteur limitant le nombre d’actes pour les organismes payeurs.

L’ensemble du service de TokTokDoc se trouve dans une application tablette qui reproduit les conditions réelles d’une consultation physique en cabinet (salle d’attente virtuelle, dialogue singulier, échange de documents médicaux et photos, ordonnance, examens médicaux réalisables au moyen de dispositifs médicaux connectés…). En plus de livrer une application complète de télémédecine mobile, la startup accompagne ses interlocuteurs, personnel de l’EHPAD et médecins, dans la conduite du changement, véritable clef de voûte d’un projet de télémédecine.

C’est l’accompagnement et une « expérience utilisateur » optimale que mettent en avant les concepteurs de ce service. Ces éléments discriminants font aujourd’hui le succès de la startup.

La télémédecine est en train d’entrer dans le quotidien des Français. Elle débute avec les EHPAD et les patients en ALD pour la télémédecine prise en charge par nos institutions. D’autres solutions à objectifs plus commerciaux se développent parallèlement. L’ensemble de ces solutions perdureront si elles répondent à un besoin réel et si elles trouvent un modèle économique solide.

TokTokDoc : les chiffres actuels 

  • Les 2 plus grands groupes d’Europe ont débuté avec notre solution
  • 3 à 5 Ehpads lancés par semaine actuellement
  • 15 Ehpads lancés sur les 3 premiers mois de commercialisation et 17 de plus dans le pipe account actuel,
  • 4 à 20 téléconsultations par mois par Ehpad
  • 2 expérimentations validées avec 2 groupes nationaux,
  • 3 semaines nécessaires pour lancer un Ehpad,
  • 3 Ehpads sur 4 adoptent TokTokDoc

La CPAM parle de nous : cliquez ici

Pour suivre notre actualité : SiteLinkedIn – Twitter – Facebook

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Chirurgie ORL et maxillo-faciale. Fondateur de TokTokDoc

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Un avis ?
Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retourner en haut de page