Chirurgie
0

Réalité mixte en chirurgie – Première mondiale au CHU de Montpellier

chu montpellier 1

Première mondiale au CHU de Montpellier – Réalisation d’une chirurgie ouverte en utilisant la « réalité mixte » comme aide

Un des piliers fondamental du CHU de Montpellier, en plus du soin et de la recherche, est l’enseignement. À ce titre, il est important pour le CHU de Montpellier de pouvoir former au mieux ses étudiants et notamment dans les milieux pointus comme la chirurgie. C’est dans ce contexte que le Dr Nicolas LONJON, neurochirurgien à l’hôpital Gui de Chauliac, a testé un dispositif d’apprentissage développé par le Dr Maxime ROS (ancien chef de clinique de ce service). Ce dispositif est innovant car utilisé pour la première fois dans le cadre de l’enseignement et de la pratique de la neurochirurgie au bloc opératoire. Ainsi, l’interne est équipé de lunettes de réalité mixte Hololens et opère le patient. Lorsqu’il regarde son champ opératoire (vers le bas) il voit naturellement le patient, les instruments et opère sans contrainte. Lorsqu’il lève la tête, il se retrouve dans le tutoriel immersif de Revinax enregistré lors d’une opération précédente similaire : il a accès aux différentes étapes qu’avait préalablement réalisées son senior. Il peut ainsi, en temps réel, vérifier sa technique et également avoir accès à l’imagerie du patient qu’il est en train d’opérer. L’utilisation de la réalité mixte comme aide en chirurgie ouverte est une première mondiale.

Tutoriel immersif utilisé pour la 1ère fois en neurochirurgie au CHU

Il y a environ 3 semaines, le Dr Nicolas Lonjon a réalisé une chirurgie d’ostéosynthèse rachidienne. L’ostéosynthèse est une opération chirurgicale qui consiste à fixer entre elles plusieurs vertèbres pour les stabiliser. L’intervention consiste à positionner des vis reliées par des tiges métalliques (matériaux tolérés par l’organisme). C’est une opération chirurgicale sous anesthésie générale. Cette opération a été filmée selon la procédure Revinax mise au point par le Dr Maxime ROS (cf. infra).

Le mardi 7 novembre 2017, une opération similaire a été programmée. Le chef de clinique du Dr Lonjon, le Dr Boetto, jeune médecin qui maîtrise déjà cette intervention, a ainsi pu opérer avec les lunettes Hololens tout en vérifiant ses gestes en regardant le tutoriel immersif.

Le tutoriel immersif de Revinax via l’utilisation des lunettes de réalité mixte a ainsi été utilisé pour la première fois le mardi 7 novembre 2017 lors d’une chirurgie d’ostéosynthèse rachidienne.

revinaxLa technologie Revinax

Revinax crée des tutoriels immersifs en réalité virtuelle à partir d’images réelles. Le chirurgien est ainsi équipé d’un dispositif avec une caméra 3D et filme l’intervention avec son angle de vue : la vue obtenue est ainsi à la première personne.

Le film est ensuite édité et Revinax développe une application mobile en réalité virtuelle nommée «tutoriel immersif».

En pratique – Lorsque l’utilisateur (étudiant ou professionnel) met le masque de réalité virtuelle, il se trouve totalement immergé dans un autre univers qui est une chambre d’apprentissage. Il a face à lui, l’écran où se déroule le film préalablement édité (comme s’il voyait au travers des yeux du chirurgien)

chu montpellier 2

Sur les côtés, des données cliniques et pédagogiques pour comprendre la procédure

chu montpellier 3

Ainsi, l’apprenant peut réviser et comprendre une procédure en amont de la réalisation de celle-ci

hololensDéfinition : réalités augmentée et mixte

La réalité mixte ne fait pas appel à un masque mais à une paire de lunettes : l’utilisateur n’est pas coupé du monde. Ici : le Hololens de Microsoft.

La réalité mixte est une progression de ce que l’on appelle la réalité augmentée.

La réalité augmentée permet de faire apparaître des informations en les incrustant sur la lunette.
La réalité mixte elle, tient compte de l’espace environnant. Elle peut être utilisée pour la mise en place d’objets 3D. En médecine, et en chirurgie, des essais ont été réalisés en prenant la reconstruction 3D de l’anatomie du patient dans un but pédagogique.

Perspectives

Le graal pour les chirurgiens sera la possibilité de faire correspondre l’imagerie du patient sur le patient lui-même. Espérant ainsi à terme diminuer l’utilisation de rayons X.

Le 6 juillet dernier, un neuroradiologue américain a réalisé une discectomie percutanée (consiste à retirer un des disques situés entre les vertèbres) en se servant du Hololens pour repérer sa trajectoire.

L’utilisation du tutoriel immersif de Revinax en per-opératoire

Revinax a ainsi adapté l’environnement qui avait été créé en réalité virtuelle pour le rendre disponible pendant l’intervention chirurgicale, en réalité mixte. L’opérateur a accès, en face de lui, à la vidéo montrant la technique opératoire de son sénior. En tournant légèrement la tête à gauche, il peut voir le scanner du patient qu’il est en train d’opérer, avec les indications de planification.

Ci-dessous : une reconstruction anatomique 3D de la zone opératoire.

chu montpellier 4

Il s’agit d’une grande avancée permettant de sécuriser le geste : que ce soit dans le cadre de la réalisation d’une nouvelle technique opératoire, de l’utilisation de nouveaux dispositifs médicaux, ou pour l’accompagnement à la formation.

 

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier a pour missions fondamentales le soin, l'enseignement, la recherche, mais également la prévention, l'éducation en santé et la lutte contre l'exclusion sociale. Il regroupe 8 établissements regroupés en trois sites principaux et plus de 11 500 personnes dont 1 300 médecins. Il est le 7ème CHU de France sur 34, avec 2 776 lits et places, répartis en 12 pôles hospitalo-universitaires. En matière de recherche clinique il est à la 6ème place au classement national. Positionné comme pôle sanitaire de premier plan, le CHU est le premier employeur du Languedoc Roussillon, il prend en charge plus de 230 000 hospitalisations par an, 521 000 consultations, 3 792 naissances et 118000 passages aux urgences (source chiffres clés 2015). Son budget annuel s'élève à plus de 800 millions d'euros. En termes d’équipements biomédicaux, le CHU de Montpellier est doté d’un parc de haute technicité, capable d'établir des diagnostics précoces de pathologies et de les traiter rapidement et efficacement Le CHU est un établissement du service public hospitalier qui assure l’accueil des urgences et l’aide médicale urgente, la permanence des soins, la lutte contre l’exclusion sociale et la prise en charge des démunis, la prise en charge des détenus, les actions d’éducation et de prévention pour la santé, les actions de santé publique et la prise en charge des personnes hospitalisées contre leur consentement en psychiatrie. Le CHU de Montpellier assure la formation continue et l’évaluation des pratiques professionnelles pour une meilleure qualité des soins. Il est le lieu de l’enseignement pratique de la médecine, de la pharmacie et de l’odontologie. Il assure également la formation initiale et spécialisée des autres professionnels de santé grâce à ses 9 instituts de formation aux métiers de la santé (IFMS). Enfin, le CHU de Montpellier développe en permanence ses activités de coopérations internationales.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Un avis ?
Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retourner en haut de page