Sport
2

Le meilleur de la médecine du sport disponible pour tous

Le numérique permet de mettre à disposition du plus grand nombre des connaissances autrefois réservée à quelques experts. Pour se sentir bien et prévenir de nombreuses pathologies le sport est une activité fortement recommandée et même prescrite. Mais beaucoup de médecins n’ont pas été formés comme les spécialistes de la médecine du sport. Monbilansportsante.fr a justement pour but d’ouvrir ce champs de compétence et de connaissance à tous les médecins qui le souhaitent à travers une solution en ligne.

itw-Vincent-Berger

Pour en savoir plus sur le projet, nous avons rencontré Vincent Berger, ancien sportif de haut niveau reconverti dans l’entrepreneuriat dans le numérique en santé. Une prise de contact pour préparer au mieux le Cheers Festival du 29 novembre prochain où Vincent interviendra à nos côtés pour parler de santé, de numérique et de prévention.

Bonjour Vincent, merci du temps que vous nous consacrez avec cette interview. Pour commencer pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Ancien athlète aux JO de Barcelone en 92 j’ai été champion du monde de Flying Dutchman avant d’être diplômé de l’ESCP en 91. Formé à l’école Bouygues, j’étais directeur du marketing et de la communication du Stade de France lorsque que je me suis rendu compte que nous ne savions pas mettre nos sports au service de notre santé ni même transmettre l’expertise de notre médecine sportive aux médecins qui sont au plus près de nos populations.

Concrètement quelle est la promesse de monbilansportsante.fr ?

A l’instar de ce que nous apporte la F1 dans l’évolution technologique de nos véhicules personnels, il me semblait dès 2002 primordial d’agir pour renforcer la place de la prévention et de l’activité pour notre santé. Très vite, deux axes ont guidé nos réflexions. Le premier s’adresse aux médecins eux-mêmes qui doivent trouver le temps, l’expertise et les motivations nécessaires au déploiement d’un bilan préventif de qualité.

monbilansportsante-expertise

Le second vise à modifier nos comportements et le regard que nous portons à la réalisation d’une démarche préventive perçue comme anxiogène et superflue. Monbilansportsanté unit donc l’ensemble des acteurs concernés par l’état de santé de leurs sujets pour faciliter et sécuriser la réalisation d’un bilan préventif à forte valeur ajoutée par un nombre de médecins toujours plus important sur notre territoire. Son application permet donc aux médecins d’évaluer et de fixer en toute sécurité, les paramètres qui sont nécessaires à la définition mais aussi à l’évaluation d’une activité physique bénéfique.

Avec qui avez-vous construit cet outil ?

Les consensus scientifiques ne nous appartiennent pas ! Monbilansportsanté s’appuie donc sur les recommandations des sociétés savantes pour les rendre accessibles et exploitables auprès d’un nombre toujours plus important de médecins. C’est en quelque sorte la nature même du web et de ses vertus pédagogiques que nous avons, avec l’aide des équipes médicales des CHU de Nancy, de Rennes et de l’INSEP, mises à la portée des médecins. Monbilansportsanté adapte donc régulièrement ses algorithmes aux dernières recommandations émises par les société savantes concernées par l’activité physique.

Au coeur d’un modèle de santé qui doit évoluer vers la prévention et le “self care”, l’activité physique est centrale, les médecins sont-ils aujourd’hui bien formés pour prescrire “correctement” de l’activité physique et sportive ?

La formation des médecins est longue et complexe. Demander à ces derniers de revenir sur les bancs de la faculté est inapproprié. La prévention est un exercice accessible à tous les médecins pour peu qu’ils soient rigoureux dans sa réalisation. En cas de difficulté dans l’interprétation de leurs examens et notamment des Electrocardiogrammes, Monbilansportsanté souligne les facteurs de risques décelés et permet à ces derniers d’en soumettre l’avis gracieusement sur un forum sécurisé et dédié à cet usage.

La difficulté n’est pas de prescrire une activité physique qui aura peu de chance d’être perpétuée dans le temps mais de leur permettre de fixer les paramètres nécessaires à chacun pour adapter son activité physique de prédilection à ses capacités. Il importe donc de remettre les pros aux manettes comme le rappelait sans cesse Francis Bouygues à ses collaborateurs. Charge aux médecins d’établir des paramètres fiables, comparables et établis sur des bases médicales solides, et aux professionnels de l’activité physique, d’établir leurs programmes en fonction !

Monbilansportsanté mobilise donc tout autant les acteurs économiques situés en amont des médecins pour en relayer le message et en soutenir le coût auprès de leurs cibles, que les acteurs choisis par ces derniers pour l’encadrement et la définition de leurs pratiques.

Quelles sont les conditions d’accès au service pour les médecins qui souhaitent exploiter la solution au quotidien ?

L’accès et l’usage de Monbilansportsanté sont totalement gratuits pour les médecins comme pour les acteurs qui s’engagent au respect de leurs recommandations dans l’accompagnement et l’encadrement de leurs patients. Seul les acteurs intervenant en amont des médecins sont sollicités pour contribuer au déploiement de notre application sur le territoire. Forfaitaires et annuels, ces accords donnent à ces derniers les moyens d’exploiter notre marque “Monbilansportsanté” dans un cadre promotionnel comme dans un cadre commercial; Monbilansportsanté étant garant du respect, de l’indépendance et de la confidentialité qui lie le patient à son médecin.

monbilansportsante-demarche

Seul un accord moral préalable à l’usage de notre plateforme est demandé aux médecins. Au moindre faux pas, ces derniers quitteront notre application et cela constitue notre meilleure garantie dans un secteur où la déontologie et la confiance sont nos priorités absolues.

Le monde sportif va être au coeur de nombreux échanges passionnants dans les années à venir autour des JO de 2024, que pensez-vous de cette opportunité ?

Les JO de 2024 sont une réelle opportunité pour relever le défi de la prévention et la mise de l’activité physique au service de notre santé. JO ou non, la situation est urgente et nous devons coûte que coûte mettre en route des solutions durables et efficaces pour répondre aux enjeux de notre démographie et de nos rythmes de vie.

Si les JO nous permettront d’en souligner l’apport, espérons surtout qu’ils nous permettent d’élargir nos capacités d’accueil auprès de nos structures sportives. Pour être efficace, l’activité physique doit devenir régulière ce qui suppose que le plaisir doit pouvoir l’emporter sur les contraintes qui la caractérisent.

Charge à notre mouvement sportif de s’y atteler et de raviver la flamme de nos associations sportives afin que nos conditions d’accueil et la convivialité, moteurs essentiels à cette recherche du plaisir, soient au rendez-vous.

On voit fleurir des solutions “autonomes” qui proposent des parcours physiques aux patients, basés sur leurs données et sur des intelligences plus ou moins artificielles. Vous faites le pari inverse, aujourd’hui le médecin du sport risque t-il de se faire “disrupter” par les objets connectés et les plateformes de conseil sportif ?

Ce n’est plus un risque mais une réalité qui menace notre sécurité. L’auto-évaluation est dangereuse car dépendante de nos motivations. Pour autant face au nombre d’applications, la place et le rôle de nos médecins n’ont jamais été autant mis en valeur. Toutes ces actions disposent de moyens et de vecteurs différents pour sensibiliser nos populations aux enjeux de leur santé. L’occasion sans doute, de voir en son médecin un conseiller à forte valeur ajoutée et non plus l’ultime recours face à la maladie !

Pour tout savoir sur l’innovation positive au service de nos concitoyens, notamment en santé, rendez-vous avec Vincent Berger et de nombreux autres speakers inspirants sur le Cheers Festival. Le Festival se déroule à Lille le 29 novembre, pour toutes les infos c’est par ici.

Pour suivre l’actu : Linkedin – Site – Facebook

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Passionné par l'innovation numérique et rédacteur pour plusieurs titres en ligne, Thomas accompagne aujourd'hui la communication de ses clients start-ups et grands comptes dans la santé, le sport et la tech.

Il y a 2 commentaires

  • Kammogne jean claude dit :

    vos articles sont très intéressants et me confortent dans ma position, à savoir que le sport est un vaste champ en friche qui doit être exploré par les scientifiques de tous bords. en effet, le titre de mon mémoire de fin de formation à l’INJS de yaoundé au Cameroun, en vue de l’optention du CAPEPS était »infliuence de l’origine géographique sur la pratique de l’athlétisme au Cameroun » ce travail a eu la mention très bien avec félicitation du jury. le président de jury, le Pr Raymond Mbede, maître de conférence avait alors dit ceci « je ne savait pas que le sport avait des implications dans tous les domaines de la vie… » ceci me permet d’apprécier à leurs justes valeurs vos recherches scientifiques en sport.

    • BERGER dit :

      Mais la plus belle valeur qui puisse lui être donnée est son universalité ! C’est aussi pourquoi notre application est accessible à tous les médecins quel que soit leur pays ! La prévention, étant universelle et prioritaire à chacun, ne peut donc être contrainte par nos frontières. Disponible aujourd’hui en français et donc ouverte à tous les médecins francophones, sa version anglaise et espagnole seront prochainement mises en ligne.

      Merci pour vos encouragements et n’hésitez pas à la recommander à vos médeicns !

  • Laisser un commentaire

    Un avis ?
    Laissez un commentaire !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Retourner en haut de page