Innovation
0

Hackez la malaria en Afrique avec un chatbot !

Gros sujet du moment, les chatbots sont partout, avec des résultats plus ou moins évidents. Pour nous aider à arrêter de fumer, pour suivre notre activité et notre bien-être au quotidien, pour nous donner un premier avis médical, bref, dans de nombreux cas ces compagnons virtuels peuvent s’avérer très intéressants. Entre premier avis, source de contenu et véritable outil de télémédecine disponible 24h sur 24 et 7 jours sur 7 depuis un simple smartphone. Les perspectives paraissent illimitées !

Le chatbot peut-il venir à bout de fléaux sanitaires mondiaux ?

Pourquoi pas ? Les possibilités sont infinies pour peu que l’on se donne les moyens de réfléchir aux cas d’usage. En ce qui concerne le suivi de santé on imagine assez facilement le portage d’applications en mode conversationnel. Mais un chatbot pourrait-il devenir un véritable allié de santé publique ?

Le groupe Pierre Fabre veut relever le défi et proposera pour cela un hackathon dédié au sujet lors de l’Université d’été de la esanté. Passionnant.

chatbot-challenge-pierre-fabre-2017-gris

Les maladies visées lors de ce hackathon d’un nouveau genre ? La malaria et l’anémie en Afrique. Vaste programme. Il faut dire que la démocratisation du mobile et la pénurie de personnels médicaux en Afrique fait du chatbot un allié tout trouvé pour accompagner les populations dans le diagnostic mais aussi dans la prévention.

Comme le disait très bien le Professeur Kouassi, de l’Institut National de Santé Publique de Côte d’Ivoire, lors du congrès e-HealthWorld Monaco, « le mobile est aujourd’hui partout jusque dans la brousse ». Un point de contact inespéré qu’il faut exploiter chaque jour un peu plus et un peu mieux. Le chatbot peut être un relai efficace dans le domaine de la prévention, pour informer et alerter mais aussi pour donner les meilleures pratiques pour se prémunir de ces maladies. Le robot peut ensuite passer la main à un professionnel de santé “humain” lorsque cela s’avère nécessaire. Simple et très efficace.

Exploiter la force d’un réseau comme Facebook d’une manière inédite

Facebook permet au monde entier de se connecter, depuis longtemps déjà, mais a également pour but de connecter à Internet des régions jusque là oubliées d’Afrique et d’Asie. Opérateur de réseau, fournisseur de services, Facebook deviendra-t-il le médecin de l’Afrique à travers la puissance de son Messenger ? L’hypothèse ne semble pas si farfelue que cela.

D’autant plus qu’il est aujourd’hui assez simple de créer un chatbot efficace sans même savoir coder. Des solutions gratuites existent et c’est bien l’imagination des concepteurs qui fait toute la différence. Une imagination qui, couplée à une bonne connaissance des pathologies et du continent africain, devrait permettre de faire émerger de nouvelles pratiques au service des populations confrontées à la malaria au quotidien.

Bref, vous l’avez compris, les chatbots ont un véritable avenir au service de la santé en Afrique. Une première brique sera posée lors de ce challenge de Castres, nul doute que d’autres expérimentations suivront ! Les chatbots au service de l’humain et de sa santé, tout un programme.

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Passionné par l'innovation numérique et rédacteur pour plusieurs titres en ligne, Thomas accompagne aujourd'hui la communication de ses clients start-ups et grands comptes dans la santé, le sport et la tech.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Un avis ?
Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retourner en haut de page