Innovation
1

Les interviews e-santé : Hubert Viot, Maela

Dans la quête de la solution de santé connectée idéale, nous découvrons chaque jour de nouvelles solutions. Plus ou moins poussées dans le suivi, en lancement ou déjà bien implantées, ces solutions sont aussi riches que variées. Depuis peu nous suivons avec intérêt la start-up Maela, qui semble réunir beaucoup de bons points. Rencontre avec Hubert Viot qui nous en dit un peu plus sur la solution et sa philosophie.

Hubert Viot - Maela

  • Les lecteurs de Connected Mag sont friands de start-up et de santé connectée, pouvez-vous nous présenter très simplement Maela ?

Pour donner une image simple nous proposons la première solution mobile et cloud qui connecte les infirmières aux patients de leur consultation préopératoire jusqu’à la fin de la convalescence.

L’intérêt ? D’abord pour sécuriser le retour des patients à domicile, primordial en cette période de raccourcissement général des temps de séjour et de montée en puissance de l’ambulatoire.

Ensuite pour offrir un vrai accompagnement préopératoire, essentiel pour que tout se passe le mieux le jour J et peu ou pas existant pour le moment.

Enfin notre solution permet de rassurer les patients quand ils sont chez eux et de détecter instantanément les cas à risque pour optimiser un temps médical devenu rare afin de l’utiliser là où il est le plus utile.

  • Comme Aviitam dans le domaine de la nutrition, vous intervenez aussi bien côté professionnel de santé que côté patient, pour vous c’est une des clés pour l’adoption de telles solutions connectées ?

Nous sommes d’ores et déjà entrés dans une nouvelle ère pour la santé, il suffit d’échanger avec les praticiens et les patients pour le comprendre. Le patient veut non seulement connaître sa santé mais aussi en être acteur. Pour nous faire du dossier patient un lien ouvert entre lui et son praticien n’est pas une audace, c’est simplement répondre à ce qu’attendent les acteurs.

La relation médecin/patient évolue de la prescription verticale vers des échanges bilatéraux, il faut donc des outils permettant ces échanges de manière simple. Le médecin d’aujourd’hui est un expert référent au service d’un patient de plus en plus curieux, exigeant et impliqué.

  • Pour favoriser la chirurgie ambulatoire votre pari est d’impliquer le patient pendant tout son parcours opératoire. Quelles sont les grandes étapes de votre solution ?

Nous suivons le parcours classique du patient en lui permettant d’être toujours encadré. Lors de la consultation préopératoire le médecin paramètre en quelques clics le profil du patient et son protocole de suivi péri-opératoire. De retour à la maison le patient remplit tranquillement ses informations et son dossier. En parallèle il bénéficie d’une check-list et de rappels pour lui dire tout ce qu’il doit faire, ainsi que de contenus pédagogiques afin de lui expliquer tout ce qui tourne autour de son intervention.

On a ainsi un patient qui se présente bien informé, donc dans les meilleures conditions le jour J. A l’issue de l’intervention, ce dernier peut rentrer chez lui plutôt que de rester en observation à l’hôpital. Via l’application mobile on lui permet alors de réaliser simplement son protocole de suivi à domicile (réponses à des questionnaires, prise de constantes, photos..).

Nous avons même développé des mallettes de télé-suivi quand des données médicales précises sont nécessaires. Ensuite l’ensemble de ces données remonte sur notre plateforme surveillée 24h/24 par des infirmières. Elles contactent le patient au moindre doute et impliquent ensuite le médecin en cas de problème. Le retour à domicile est donc archi-sécurisé, il n’est plus nécessaire de garder un patient à l’hôpital alors qu’il ne nécessite plus de soins, ce qui est plus confortable pour tout le monde.

  • Aujourd’hui quels sont les retours des chirurgiens qui utilisent Maela au quotidien ?

Les essais cliniques démarrent en juin, ceci étant, l’accueil est très favorable, ils voient tout de suite le gain de temps que cela permet, sans transiger ni avec la qualité de soins, ni avec l’écoute du patient, bien au contraire !

  • Et côté patient ?

Comme nous le disions plus haut le patient souhaite devenir acteur et mieux comprendre son parcours de soins. Les retours de nos enquêtes sont très positifs. Quand on y pense, personne ne préfère être à l’hôpital plutôt que chez lui si son état le permet. Ils sont aussi rassurés de savoir qu’il y a quelqu’un de joignable en permanence et à leur écoute s’ils ont une angoisse ou un problème.

maela2maela1

  • Ce qui a piqué notre curiosité c’est votre mallette de suivi qui embarque des objets connectés. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette fameuse valise ?

C’est effectivement un élément très différenciant de notre projet. La mallette n’est pas utile pour tous les suivis, néanmoins certains praticiens sont réellement rassurés de voir que le patient ne repart pas uniquement avec une simple application mobile.

Toujours dans l’idée de développer l’infirmière connectée notre raisonnement a été de dire « que fait l’infirmière qui effectue un suivi de manière générale ? »

  • Poser de questions (remontée des questionnaires sur la tablette)
  • Prendre des constantes (objets connectés autonomes)
  • Observer une évolution (prise de photo via la tablette)

C’est pour permettre au patient d’effectuer lui-même ces taches de manière très simple qu’on a donc développé la mallette.

  • Une première prise de constantes avec une infirmière suffit pour que les patients soient autonomes ?

Oui les objets connectés que nous utilisons ne nécessitent aucun savoir-faire particulier, il suffit de presser un bouton et la mesure se fait automatiquement et remonte sur la plateforme. Nous validons juste avec le patient qu’il ait compris le fonctionnement et qu’il positionne correctement les outils. C’est un peu comme si je vous remettais la clé de votre nouvelle voiture, je vous montre une fois sur quoi j’appuie, comment activer les éléments importants et c’est parti ! 

  • Vous gérez beaucoup de données de santé à caractère personnel, quelle est votre politique sur la récupération, le stockage et l’exploitation de ces données ?

Les données appartiennent au patient et nous n’y avons strictement aucun accès. Seuls peuvent y accéder le patient, son médecin et l’infirmière qui le suit.

Aujourd’hui ces données sont stockées dans un véritable bunker chez un hébergeur agréé donnée de santé, c’est un acteur notoire et sérieux à qui même le Ministère de la santé confie un certain nombre d’applications sensibles à héberger. Concernant l’exploitation des données, ce n’est pas prévu, ce n’est pas notre business-model et cela irait à l’encontre de notre déontologie.

Rappelons que Maela a été fondée par des professionnels de santé qui sont très sensibles à ces notions.

  • Maela fait partie de France eHealthTech, que pensez-vous de cet engouement actuel pour les objets connectés en matière de santé ?

France eHealthTech fait un super boulot de fédération des acteurs de l’e-santé et je veux leur rendre hommage au passage. Il y a un effet de mode autour des wearables et des objets connectés, c’est indéniable, mais je ne constate pas aujourd’hui un véritable décollage dans le médical. Je suis convaincu que l’ambulatoire est la clé de ce succès à l’instar du maintien à domicile pour les seniors. Nous verrons dans quelques années si nous avons vu juste.

  • On vous retrouvera à Monaco le 31 mai et le 1er juin, qu’attendez-vous de ce rendez-vous ?

connectedhealth-Monaco-_HD_RVB-300x105Nous sommes très heureux de participer à cet événement qui prend de l’ampleur dans un lieu prestigieux. Notre but est de nous faire une place au milieu des acteurs de la esanté et pourquoi pas rencontrer des partenaires intéressés pour faire grandir Maela avec nous.

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Cometik accompagne les professionnels libéraux dans leur communication sur internet depuis 10 ans. Nous intervenons ici à la croisée de nos expertises, entre numérique et santé, pour une santé innovante et connectée.

Il y a 1 commentaire

  • Laisser un commentaire

    Un avis ?
    Laissez un commentaire !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Retourner en haut de page