Innovation
0

Un concours d’intelligence artificielle en santé arrive à Deauville !

Chaque année le Festival de la Communication Santé de Deauville nous réserve des surprises. Si je vous ai déjà parlé du programme de la nouvelle édition, un événement unique s’est greffé au Festival et va sans doute beaucoup faire parler de lui. Les Laboratoires Pierre Fabre vont en effet y organiser le premier challenge d’IA santé en France.

Pour en savoir plus, nous avons échangé avec Thierry Picard, CDO du laboratoire français.

interview-thierry

Bonjour Thierry, merci de prendre un peu de votre temps pour répondre à ces quelques questions. Chez Connected Mag nous suivons de près les évolutions de l’IA en santé, ce premier IA Santé Challenge a bien entendu piqué notre curiosité. Pouvez-vous nous présenter très simplement le concept ?

L’objectif, c’est de mesurer la puissance des IA que l’on va faire concourir et de mesurer cette performance en calculant des scores que l’on a appelé QI pour faire une analogie avec notre cerveau humain. Un premier score sera obtenu à l’issu de la première journée pour apprécier la capacité d’entraînement en 24h, et un deuxième à l’issu de la deuxième journée. Une moyenne pondérée des deux scores sera calculée pour arriver au classement final.

Les entreprises qui souhaitent challenger leurs connaissances du sujet et entraîner leurs algorithmes sur nos datas pourront le faire à Deauville pendant le Festival de la Communication Santé, mais aussi en ligne pendant la durée du Festival et pendant le mois qui suit.

Technologiquement comment se passera ce challenge ? Les mêmes outils seront-ils imposés à tous les participants pour qu’ils partent sur un pied d’égalité à ce niveau ?

La solution Azure de Microsoft sera mise à disposition avec un accès cloud pour les équipes qui souhaitent l’utiliser, mais nous ne fermons absolument pas les possibilité. Ce partenariat avec une entreprise leader sur le sujet comme Microsoft est une force pour donner encore plus de légitimité à notre action.

Malgré tout, si des entreprises travaillent avec d’autres solutions ou veulent entraîner des solutions maison, ils pourront bien entendu le faire.

L’idée est de mesurer la capacité de ces participants à faire au moins aussi bien que l’homme en très peu de temps. Pour nous la dimension humaine dans le scoring est aussi importante que l’outil informatique lui même. Les hypothèses sont prises par les hommes, et on mesure presque plus l’agilité de l’équipe que la performance de la plateforme technique utilisée.

La découverte du jeu de données se fera le matin même, et il faudra commencer par faire des tests pour choisir le bon échantillon et ensuite utiliser les bons algos et les entraîner. Cela demande une bonne dose d’intelligence bien humaine.

La vraie star du challenge c’est l’entreprise et sa capacité à faire de l’IA !

Les data sets retenus portent sur le mélanome, comment avez-vous récupéré ces données ?

Ce sont des données libres de droit dont la source est confidentielle pour garantir le secret du data set jusqu’au challenge. Les données ont déjà été utilisées sur d’autres type de challenges de plusieurs mois et nous avons donc une base de connaissance sur l’efficacité attendue de nos IA. L’ambition est que nos équipes soient capables d’arriver aux mêmes résultats en seulement deux jours.

Pourquoi Pierre Fabre se lance-t-il dans l’organisation d’un tel événement ?

Nous sentons l’émergence et le poids de l’utilisation de ces technologies dans l’exercice de nos métiers tant dans les phases de recherche, de suivi des patients, de prévention que de curation. il n’y a aujourd’hui aucun domaine de la santé qui échappe à l’IA, elle bouleverse la compréhension du patient, de son environnement, de sa maladie, de son traitement, etc.

L’IA est indissociable de la data et permet aux professionnels de santé d’atteindre un nouveau niveau de conscience et de compréhension des problèmes que nous devons résoudre, c’est pour moi une innovation comparable à l’apparition du microscope avec le niveau de savoir et de progrès qu’il a pu emporter.

Les équipes R&D de nos différents départements ont des besoins sur le sujet mais ont du mal à trouver des entreprises qui font réellement de l’IA et sont réellement efficaces. Ce challenge va nous permettre de faire un sourcing grandeur nature pour faire travailler ensuite ces équipes et sociétés sur des projets concrets de recherche au service des professionnels et des patients.

Quelles sont les modalités pour participer ?

Bien entendu le mieux est de nous rejoindre sur le Festival de la Communication Santé de Deauville dans une ambiance “hackathon” où l’émulation, la bonne humeur et les bons conseils de professionnels sont légion.

Nous avons cependant aussi penser aux entreprises ou développeurs qui sont malheureusement dans l’impossibilité de nous rejoindre sur ces deux jours avec un challenge ouvert en ligne. Dans un premier temps pendant ces mêmes deux jours, avec un vainqueur désigné parmi les participants online en parallèle du gagnant “physique” présent à Deauville.

Chacun aura une dotation spécifique et sera bien identifiée par nos équipes métiers pour des projets à venir mais aussi par l’ensemble de l’écosystème de l’IA en santé. Notre but est de re-challenger les participants régulièrement sur des problématiques de santé différentes pour jauger leur capacité à adapter leurs IA à des nouveaux sujets et de nouveaux supports d’analyse.

La participation en ligne se poursuivra jusqu’en décembre pour celles et ceux qui souhaitent soumettre de nouveaux résultats après un entraînement plus conséquent. L’équipe la plus performante sur l’ensemble des “manches” du challenge se verra offrir un accompagnement par Station F avec le soutien de nos équipes. Référence dans l’accompagnement de startups technologiquement innovantes et à la pointe, un soutien de Station F est une très belle opportunité à saisir pour nos participants !

Comment voyez-vous l’arrivée de l’intelligence artificielle dans la division médicament notamment ?

Je la vois comme un compagnon, comme une aide comparable au microscope pour l’analyse et à la pierre philosophale pour la compréhension des nouveaux champs exploratoires qu’elle ouvre.

L’IA va permettre à l’homme de dépasser sa condition pour résoudre les problème de santé de notre siècle : cancer, vieillesse, malnutrition, dégénérescence, obésité, etc…

C’est le premier événement de ce type en France, quels sont vos objectifs pour ces deux jours ?

Nous souhaitons réussir à mobiliser l’écosystème de l’IA et de la santé afin de fonder le premier observatoire de l’lA en santé et publier chaque trimestre un baromètre des compétences des IA sur des aires thérapeutiques à chaque fois renouvelées.

Pourquoi avoir choisi le Festival de la Communication santé pour organiser cet événement ?

C’est un écrin et une caisse de résonance propice à ce type d’événement car il réunit tous les interlocuteurs du domaine : labos, professionnels de santé, patients, medias, etc… Nous l’avions mesuré avec l’Urotech Challenge l’an dernier et nous accélérons cette année avec un projet encore plus ambitieux : l’IA Sante Challenge.

Rendez-vous à Deauville et en ligne pour cette nouvelle exploration du côté de l’intelligence artificielle en santé !

Partagez :
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Passionné par l'innovation numérique et rédacteur pour plusieurs titres en ligne, Thomas accompagne aujourd'hui la communication de ses clients start-ups et grands comptes dans la santé, le sport et la tech.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Un avis ?
Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retourner en haut de page